Comprendre et combattre la désinformation: lancement de l’Observatoire européen des médias numériques.

Comprendre et combattre la désinformation: lancement de l’Observatoire européen des médias numériques
Bruxelles, le 2 juin 2020

Le projet d’Observatoire européen des médias numériques (EDMO) financé par l’UE a débuté ses activités hier. Dirigé par l’Institut universitaire européen de Florence (Italie), l’observatoire soutient la mise sur pied et le travail d’une communauté pluridisciplinaire composée de vérificateurs de faits, de chercheurs universitaires et d’autres parties prenantes possédant une expertise dans le domaine de la désinformation en ligne. Le projet aidera à mieux comprendre les acteurs et vecteurs de la désinformation, ses outils et méthodes, sa dynamique de propagation, ses cibles prioritaires et son impact sur la société. Mme Věra Jourová, vice-présidente chargée des valeurs et de la transparence, a déclaré à ce sujet: «La désinformation devient une menace croissante pour nos sociétés démocratiques et nous devons la combattre. Nous défendrons par là les valeurs européennes et les droits fondamentaux, notamment la liberté d’expression et d’information. L’Observatoire européen des médias numériques, entité indépendante, est une pièce maîtresse de notre approche; il promeut la vérification des faits et améliore notre capacité à mieux comprendre comment la désinformation se propage en ligne». M. Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a ajouté à ce propos: «Ces derniers mois ont à nouveau démontré l’incidence grave et néfaste que la désinformation peut avoir sur notre santé, nos sociétés et nos économies. Je me réjouis du lancement de l’Observatoire européen des médias numériques. Il constituera un point de référence important dans nos efforts pour combattre démythifier, dénoncer, comprendre et analyser les activités de désinformation en Europe.» Ce pôle de collaboration indépendant permettra non seulement d’accroître les connaissances scientifiques disponibles sur la désinformation en ligne, mais aussi de favoriser le développement d’un marché européen de services de vérification des faits et de soutenir les autorités publiques chargées du suivi des médias numériques et de l’élaboration de nouvelles politiques. Il bénéficiera d’un financement de 2,5 millions d’euros au titre du mécanisme pour l’interconnexion en Europe, le programme européen de financement des infrastructures. Le consortium comprend le Centre technologique d’Athènes (Grèce), l’université d’Aarhus (Danemark) et l’organisme de vérification des faits Pagella Politica (Italie).

NOS PARTENAIRES

 logo du jumelage Le Havre.Magdeburg